Qui es-tu Willem Dembosse?

Interview

 

​• Pseudo ou nom réel ? Willem Dembosse au lieu de « Van den Bossche » (trop compliqué
  à prononcer en francophonie).
• Où habites-tu ? A Blicquy (Leuze-en-Hainaut), près d’Ath, Beloeil et depuis plus de 35 ans.
  J’aime encore mon Bruxelles natal, mais pas pour y vivre.
• Sucré ou salé ? Sucré ET salé (léger avantage à celui-ci).
• Petit, que voulais-tu faire ? Grandir vite (je le regrette maintenant).
• Une figure historique ? Sandro Botticelli ou Michel de Montaigne.
• Un truc contre le stress ? L’accepter.
• Que fais-tu dans la vie ? J’ai longtemps enseigné la langue et la littérature françaises dans un athénée bruxellois. Maintenant je suis
  retraité, peintre amateur « néo-symboliste » et participe à de nombreuses expos depuis… 1969 ! J'écris des nouvelles et des romans,… 
• Quand et pourquoi as-tu commencé à écrire ? Depuis « toujours ». Un besoin, un instinct que l’enseignement de la littérature n’a
  pas étouffé !
• Un prix ou une reconnaissance ? Une somptueuse (?) médaille pour une nouvelle aux Jeux Floraux de Touraine (il y a longtemps).
• Comment essaies-tu de te faire connaître ? Avec beaucoup (trop) de nonchalance. 
• Des projets ? Publier d’autres romans qui sont prêts, en terminer d’autres, mais pas de « plan de carrière » !
• Comment écris-tu ? Avec joie et obstination, mais sans aucun horaire fixe ni discipline ascétique : pour
  paraphraser un précepte ancien, « d’abord vivre, ensuite écrire ». C’est un mystère, de toute façon, l’écriture.
• Tes influences et coups de cœur ? 
  Philo : Platon, Montaigne, Sartre.
  Littérature : Modiano, Queffelec, Calvino, Gracq, Robbe-Grillet, Harpman… Je déteste Le Petit Prince.
  Théâtre : Musset, Wouters.

  Roman policier : Fred Vargas, les auteurs scandinaves, Donna Leon,...
  Poésie : Nerval, Baudelaire, Rimbaud, Valéry, Sodenkamp.
  Pas cinéphile, mais je déteste le cinéma américain.
  Peinture : Le Caravage avant tout ; Botticelli, les symbolistes…
  Musique, classique : Palestrina, Monteverdi, Haydn…
• Un ami ou une amie de qui tu aimerais parler ? Un domaine réservé, dont Montaigne a dit ce qu’il fallait.
  Hélas galvaudé (voire avili) par les « réseaux sociaux ».
• Tes hobbies ? Je n’aime pas trop ce mot. Comme dit Valéry, il faut tenter de vivre : occupation à plein temps.
• Qu’est-ce qui te fout en rogne ? Il est tentant de dire « la connerie ». Nuance : celle des autres m’énerve ;
  la mienne me fout en rogne.

• Une citation ? Il y a des dictionnaires pour ça. Sinon : Ecoute toujours la voix de ta conscience,
  elle est ton seul juge (anonyme).

• Une devise ? « Que nul ne s’avise jamais de te dire l’objet de ta propre quête ».
• Une qualité, un défaut ? A mettre au pluriel, et à part égale. Avantage du pluriel : rien de saillant,
  ni en bien, ni en mal.
• Un souhait ? Que les étoiles filantes continuent de sillonner l’univers.
• La question la plus stupide ? « Comment vas-tu ? » : car personne n’a envie d’entendre la réponse.

Le Caravage, David et Goliath
Le Caravage, David et Goliath
press to zoom
Giovanni Pierluigi da Palestrina
Giovanni Pierluigi da Palestrina
press to zoom
Météore Leonid
Météore Leonid
press to zoom

© F. Geeraerts